mercredi 10 juillet 2019

Lectures d'été




Des lectures pour cet été !

Ce temps de repos et de ressourcement est en général propice à la lecture et la prière. En cette période estivale, voici une liste de plusieurs ouvrages, anciens ou récents, que nous recommandons pour les semaines à venir. 


ASTOLFI, Claire. - Ignace de Loyola : l'appel du roi. - Paris, Salvator, 2019. 213 pages.
A partir de 11 ans. Comment Inigo Lopez de Loyola, gentilhomme d’une illustre famille basque espagnole, est-il devenu Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus ? Tout commence par un boulet de canon qui le cloue au lit pendant des mois. Cette expérience le pousse à changer radicalement de vie. Chose plus facile à dire qu’à faire... Inigo n’est-il pas avant tout amateur de chevalerie, soucieux de plaire et de séduire, fier, orgueilleux ? Un pèlerinage épique et intérieur l’entraîne alors en Espagne, en Italie, à Jérusalem, jusqu’à Paris. Excessif, impétueux, radical, il ne craindra ni les tempêtes, ni la peste, ni les armées ennemies, ni l’Inquisition. Dans ce XVIe siècle où les souverains européens soumettent le monde, Inigo, chevalier dans l’âme, se cherche un Roi exigeant et amoureux des hommes. Car immobilisé dans son lit à Loyola, il a entendu un appel... C'est l'appel du Roi.
Claire Astolfi, diplômée d’histoire et de sciences politiques et membre de la communauté du Chemin Neuf, a publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse, dont Jean-Paul II, le roman de sa vie (Bayard, 2011)





À Philémon, réflexions sur la liberté chrétienne d’Adrien CANDIARD. 
Même si la morale a mauvaise presse, le questionnement « obligé ou interdit ? » est plus présent que jamais. Ceux qui le posent ne sont pas des névrosés, mais des personnes estimables – croyants ou non croyants – qui s’efforcent de bien vivre et de bien faire. Pour cela, ils se débattent de leur mieux avec le grand bazar contradictoire de leurs désirs, de leurs convictions, de leurs attachements, de leurs devoirs, de leurs envies, de leurs fatigues… s’efforçant de faire rentrer le réel compliqué dans trois catégories simples : le permis, le défendu, l’obligatoire. Et si la réponse était plutôt dans un tout autre chemin : celui d’une authentique et exigeante liberté, sous la conduite de l’Esprit Saint ? Religieux dominicain, l’auteur a également publié d’autres ouvrages lumineux et recommandés par nos soins les années précédentes (Le Cerf, 144 pages, 10 €).






CLAPIER, Jean. - Louis et Zélie Martin : une sainteté pour tous les temps. - Paris, Presses de la Renaissance, 2009. 369 pages.
Parents de sainte Thérèse de Lisieux, Louis et Zélie Martin ont été canonisés le 18 octobre 2015. Cet ouvrage est la première grande biographie moderne sur ce couple qui vécut la sainteté au cœur d'une vie ordinaire.
" Il était temps que paraisse un nouveau livre substantiel sur les parents de Thérèse. C'est pourquoi je me réjouis beaucoup de la parution du livre que vient d'écrire Jean Clapier. " Pierre Descouvemont

Louis (1823-1894) et Zélie (1831-1877) Martin nous sont avant tout connus en tant que parents de la " plus grande sainte des temps modernes ", Thérèse de Lisieux. Ce constat ne doit pas occulter la singularité de leur parcours, ni l'originalité de leur message de laïcs chrétiens. Leur vie mérite d'être connue et appréciée pour elle-même. Elle a l'immense avantage d'être le témoignage d'une sainteté au quotidien, réalisée au gré des joies et des peines, des réussites et des épreuves qui sont le lot de toute existence humaine.
En découvrant leur vie, le lecteur d'aujourd'hui reconnaîtra l'étonnante actualité de leur itinéraire : tâtonnements et recherche du sens de leur vocation, mariage tardif, tourments pour la survie et l'avenir de leurs enfants, soucis économiques, inquiétudes sur les aléas politiques du pays, cancer du sein pour Zélie, maladie occasionnant de graves troubles mentaux pour Louis en sa vieillesse, qui le contraint à être interné...
Plus encore, le lecteur décèlera les traits d'un itinéraire où le dynamisme de la foi et de l'amour a peu à peu attiré et uni deux êtres dans le mystère de l'unique essentiel : être à Dieu au jour le jour, dans l'ordinaire de l'agenda, sans rien déroger aux vicissitudes de ses obligations, de ses imprévus heureux ou contraignants, de ses épreuves les plus douloureuses et déroutantes.
Dans cette première grande biographie moderne de Louis et Zélie Martin, l'auteur allie la précision du biographe et l'approfondissement spirituel à une analyse moderne, objective et psychologique de l'époque et de ses protagonistes.
Jean Clapier, docteur en théologie et éducateur en milieu scolaire, est l'auteur de nombreux articles et publications sur Thérèse de Lisieux, dont Aimer jusqu'à mourir d'amour :Thérèse et le mystère pascal (Cerf, 2003), Une voie de confiance et d'amour (Cerf/Éditions du Carmel, 2005), Thérèse de Lisieux : approches psychologique et spirituelles (DDB, 2008) et Thérèse de Lisieux au risque de la psychologie (Presses de la Renaissance, 2010). Il a également dirigé Élisabeth de la Trinité, l'aventure mystique (Éditions du Carmel, 2006)






Un catholique s’est échappé de Jean-Pierre DENIS. 
Dans la crise que traverse l’Eglise en Europe et en France, le rédacteur en chef du journal La Vie est convaincu – et nous aussi ! – que le christianisme représente encore aujourd’hui une contre-culture agissante. Entre la dilution ou la crispation, comment les catholiques peuvent-ils échapper aux deux grands pièges qui les guettent : être naïfs ou médiocres ? La démonstration est source d’espérance et exprime avec force ce qu’on peut (encore) attendre des chrétiens dans une société sécularisée. Stimulant ! (Le Cerf, 192 pages, 18 €).





GUEULLETTE, Jean-Marie : la vertu de chasteté pour les prêtres et les religieux. - Paris, Le Cerf, 2019. 290 pages.  
La chasteté : mirage ou imposture ? Mal compris, le célibat sacerdotal suscite beaucoup de suspicion, à la lumière des récents scandales qui frappent l’Église. Les prêtres et les consacrés n’ont-ils pas d’autre choix que de tuer leurs désirs ? En mobilisant l’histoire, la théologie, la biologie ou encore la psychologie, c’est en religieux et en scientifique que l’auteur livre ici une réflexion concrète où la frustration s’efface devant la transfiguration. La réponse est simple : il ne s’agit pas de tuer le désir, mais de le vivre autrement. Et les centaines de milliers de consacrés heureux dans leur célibat, dont on parle beaucoup moins, sont là pour le prouver (Le Cerf, 288 pages, 20 €).






Les mains du miracle de Joseph KESSEL. 
L’incroyable histoire du docteur finlandais Felix Kersten. À la veille de la seconde guerre mondiale, Felix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppée figurent les grands d’Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et ses convictions, le docteur Kersten consent à examiner le puissant chef de la Gestapo : Heinrich Himmler. Affligé d’intolérables douleurs d’estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C’est le début d’une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l’enfer nazi (Gallimard Folio, 416 pages, 8.40 €).





LE MOAL, Frédéric. - Pie XII : un pape pour la France. - Paris, Le Cerf, 2019. 416 pages.

Il y eut un temps où Paris faisait les papes. C'est parce qu'elle avait vérifié son anti-germanisme que la IIIe république contribua à l'élection de Pacelli, le futur Pie XII, pontife de la Seconde Guerre mondiale. Le Récit secret d'un grand jeu politico-religieux décrypté par l'un des historiens majeurs d'aujourd'hui.
En 1939, Pie XII est élu grâce aux cardinaux français. La presse de l'Hexagone exulte. La France a son pape, un antinazi qui la soutiendra dans la lutte contre l'hydre brune. Depuis, la réputation du souverain pontife de la Seconde Guerre mondiale a été remise en cause et on a oublié qu'il était alors considéré comme le plus humaniste des prélats.
Fondé sur des archives inédites et exhumées en France, en Italie, en Belgique et au Vatican, ce livre démontre que, du rétablissement des relations diplomatiques entre Paris et le Saint-Siège en 1920 à l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933, l'Église et sa fille aînée ont fait front commun contre les totalitarismes. L'homme à la manœuvre  de cette alliance n'était autre que le jeune secrétaire d'État et futur pape Pacelli.
Cet ouvrage détonant éclaire d'un nouveau jour le rôle fondamental de Pie XII, militant acharné de l'humanisme chrétien.
Une contribution majeure à l'histoire du XXè iècle.
Docteur en histoire, Frédéric Le Moal est professeur au lycée militaire de Saint-Cyr et à l'Institut Albert-le-Grand. Son dernier livre, Histoire du fascisme , a reçu en 2018 le prix Ernest Lemonon par l'Académie des sciences morales et politiques.




PERRIER, Jacques. - Comment visiter une église. - Paris, Salvator, 2019. 217 pages.
La question se pose plus que jamais dans le contexte actuel : la culture chrétienne s’est effondrée dans notre société, y compris chez les fidèles. En même temps, le nombre des visiteurs d’églises s’est accru. Comment alors retrouver le sens profond de ces clochers qui parsèment le paysage de la France ?
Cet ouvrage répond à cette urgence en donnant des repères essentiels. Mgr Perrier y excelle en décrivant notamment des sanctuaires qu’il connaît bien : Paris, Chartres, Limoges, Tarbes et Lourdes. Il décrypte aussi la valeur sacramentelle des objets, du mobilier et des rites qu’on y accomplit.
Voici un guide hors pair, complet et indispensable sans lequel nos églises et nos cathédrales demeureraient des énigmes pour beaucoup !

Mgr Jacques Perrier est évêque émérite du diocèse de Tarbes et de Lourdes. Il avait été auparavant directeur de Radio Notre-Dame, curé de Notre-Dame de Paris et évêque de Chartres.








RANCE, Christiane. - Dictionnaire amoureux des saints. - Paris, Plon, 2019. 725 pages.
Un Dictionnaire amoureux pour remettre au centre de nos vies ces hommes et ces femmes à qui l'amour a tout rendu possible, même Dieu, et dont l'exemple est toujours vivant. Un livre pour donner un avant-goût du paradis.
Qu'est-ce qu'être saint ? Qui sont les saints ? A quoi servent les saints ? Depuis le plus précoce – Jean-Baptiste qui tressaillit de sainteté dans le ventre de sa mère, et le premier des saints – un larron qui montera au Ciel pour avoir ouvert son cœur à Jésus – depuis les plus connus – de Paul de Tarse à Thérèse d'Avila, de François d'Assise à Thérèse de Lisieux en passant par saint Augustin, saint Louis ou encore Jeanne d'Arc, jusqu'aux aux saints les plus inattendus – saint Lucifer, saint Glinglin et saint Frusquin, Christiane Rancé évoque ceux que Renan appelait " les héros de la vie désintéressée ". Il y a ceux qu'elle interroge souvent, et ceux dont elle a fait la rencontre, - Mère Teresa ou Jean-Paul II. Qu'elles soient docteur angélique, docteur séraphique ou docteur de l'amour divin, ces grandes figures ont fondé et ne cessent d'engendrer le cours de l'Histoire. Avec jubilation, érudition et curiosité, l'auteur peint le portrait des saints qui nous sont le plus nécessaires, au travers de vingt siècles et dans tous les pays. Elle aborde par ailleurs les questions qui entourent la sainteté – ses modes, ses méthodes, et ceux qui l'ont célébrée, Emil Cioran, Jean Cocteau, ou Georges Bernanos pour ne citer qu'eux... Elle rappelle aussi les pèlerinages et les révolutions du cœur qu'ils ont suscités. 

Christiane Rancé est romancière et essayiste. Ses livres s'attachent à dresser les portraits de figures littéraires, Léon Tolstoï ou Simone Weil, et spirituelles, Jésus, Catherine de Sienne, Thérèse d'Avila ou le pape François. Romancière, elle est également l'auteur d'un livre d'entretiens avec le philosophe Lucien Jerphagnon, De l'amour, de la mort, de Dieu et autres bagatelles, et d'un essai, Prenez-moi tout, mais laissez-moi l'extase, une méditation sur la prière qui a reçu, en 2013, le " prix du livre de spiritualité - Panorama - La Procure " ainsi que le Prix des Ecrivains croyants. En 2015, l'Académie française lui décerne le Prix de l'essai pour son Thérèse d'Avila. En 2016, elle publie En pleine lumière qui reçoit le Prix de l'Humanisme chrétien. Son essai, Lettre à un jeune chrétien et à ceux qui ignorent qu'ils le sont, publié en 2017, a reçu le prix Spiritualité d'aujourd'hui.





Le soir approche et déjà le jour baisse du Cardinal Robert SARAH. Comme d’habitude, l’auteur ne mâche pas ses mots et son constat est simple : notre monde est au bord du gouffre. Crise de la foi et dans l’Église, déclin de l’Occident, trahison de ses élites, relativisme moral, mondialisme sans limite, capitalisme débridé, nouvelles idéologies, épuisement politique, dérives d’un totalitarisme islamiste… Mais si le diagnostic est sans concession, le cardinal démontre aussi qu’il est possible d’éviter l’enfer d’un monde sans Dieu, sans homme et sans espérance. Il livre surtout une importante leçon spirituelle : il faut faire du chemin de notre vie l’expérience d’une élévation de l’âme et quitter ainsi l’existence en créature plus élevée qu’elle n’y était entrée (Fayard, 448 pages, 22.90 €).




SIJIE, Dai. - L'Evangile selon Yong Sheng. - Paris, Gallimard, 2019. 
Dans un village proche de la ville côtière de Putian, en Chine méridionale, au début du vingtième siècle, Yong Sheng est le fils d’un menuisier-charpentier qui fabrique des sifflets pour colombes réputés. Les habitants raffolent de ces sifflets qui, accrochés aux rémiges des oiseaux, font entendre de merveilleuses symphonies en tournant au-dessus des maisons. Placé en pension chez un pasteur américain, le jeune Yong Sheng va suivre l’enseignement de sa fille Mary, institutrice de l’école chrétienne. C’est elle qui fait naître la vocation du garçon : Yong Sheng, tout en fabriquant des sifflets comme son père, décide de devenir le premier pasteur chinois de la ville. Marié de force pour obéir à de vieilles superstitions, Yong Sheng fera des études de théologie à Nankin et, après bien des péripéties, le jeune pasteur reviendra à Putian pour une brève période de bonheur. Mais tout bascule en 1949 avec l'avènement de la République populaire, début pour lui comme pour tant d’autres Chinois d’une ère de tourments – qui culmineront lors de la Révolution culturelle.

Dai Sijie, dans ce nouveau roman, renoue avec la veine autobiographique de son premier livre, Balzac et la petite tailleuse chinoise. Avec son exceptionnel talent de conteur, il retrace l’histoire surprenante de son propre grand-père, l’un des premiers pasteurs chrétiens en Chine.







Une vie motivée par l’essentiel de Rick WARREN. Pasteur baptiste, fondateur de la célèbre « Saddleback Church » en Californie aux Etats-Unis, Richard Warren est l’auteur de nombreux ouvrages chrétiens. Celui-ci est le plus connu et répond à une question essentielle : pourquoi ou pour quoi suis-je sur terre ? (Ourania, 400 pages, 17.90 €).



BONUS : retrouvez ici la liste complète des livres recommandés par Padreblog depuis dix années. De quoi se constituer une honnête bibliothèque !


source : Paroisse de Martigues et site Padreblog

Publication : Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles


mardi 9 juillet 2019

Césaire d'Arles docteur de l'Eglise ?

La chancellerie du diocèse vient d’éditer un bulletin d’information sur la cause de doctorat de saint Césaire d’Arles.
Télécharger le bulletin : Saint Césaire d’Arles n° 1

vendredi 5 juillet 2019

Notre-Dame de Paris racontée par Ken Follett



Notre-Dame
Ken Follett
Paris, Robert Laffont, 2019. 96 pages



Tout ce que Ken Follett a mis dans « Notre-Dame »
D'abord « stupéfait » et « chaviré », Follett, l'émotion passée, s'est mis à raconter sa nuit du drame, et quelques épisodes marquants de l’histoire de Notre-Dame de Paris.

« Si les murs ne sont pas tombés, c'est qu'ils sont encore suffisamment forts. Suffisamment forts pour commencer la reconstruction. Aujourd'hui, je note la présence de grues. Ce qui veut dire que le travail énorme a déjà commencé. Ce sera difficile, mais pas impossible, du moins, je l'espère. » Ken Follett, deux mois après le drame, confiait, en ces termes, au micro de RTL « la tragédie » qu'avait été pour lui la nuit de l'embrasement de Notre-Dame. Au lendemain de ce traumatisme survenu le lundi 15 avril 2019, à la demande de son éditrice française, le maître ès cathédrales, auteur de la trilogie Les Piliers de la terre et Une colonne de feu, s'est attelé à lui dédier un petit livre. Les droits d'auteur et les bénéfices de ce récit, dont 100 000 euros versés par l'éditeur britannique Pinguin, seront reversés pour sa reconstruction à la Fondation du patrimoine.

Ce que Follett a choisi de mettre dans son Notre-Dame  ? De l'histoire, de l'héroïsme, des envolées, et une bonne dose d'humour british, fidèle à son habitude, dont voici 5 temps forts :
Tweet nocturne « Le tweet qui a suscité la réaction la plus sincère des abonnés cette nuit-là disait simplement : Français, Françaises, nous partagons votre tristesse. J'aurais dû écrire nous partageons, avec un e, mais personne ne m'en a fait grief. »


La taille, ça compte : « La cathédrale était trop petite en 1163. La population parisienne s'accroissait. Sur la rive droite du fleuve, le commerce prenait un essor sans égal dans le reste de l'Europe médiévale, tandis que, sur la rive gauche, l'université attirait des étudiants de nombreux pays. Entre les deux, sur une île du fleuve, se dressait la cathédrale, et l'évêque Maurice de Sully regrettait qu'elle ne fût pas plus grande. »
La victoire de Hugo : « Les descriptions dithyrambiques de Victor Hugo, bouleversé par la beauté de Notre-Dame, et ses protestations outragées à propos de son état d'abandon émurent les lecteurs de son livre. Ce best-seller mondial attira touristes et pèlerins vers la cathédrale, et le bâtiment délabré qu'ils découvrirent fit honte à la ville. L'indignation d'Hugo fut contagieuse. Le gouvernement décida d'agir. »
Viollet-le-Duc et des reproches : « Ses gargouilles n'étaient pas très médiévales. [...] Le déambulatoire et ses chapelles étaient, déclara-t-on, surchargés de décors, un curieux reproche à faire à une cathédrale gothique, un peu comme si on regrettait qu'une robe de soirée soit trop jolie. [...] Pis encore, la nouvelle flèche était résolument moderne. »
De Gaulle le magnifique, en 1944 : « Ayant atteint la place de la Concorde, de Gaulle d'approchait d'une Hotchkiss décapotable – une voiture de luxe de fabrication française – qui l'attendait pour le conduire à Notre-Dame, quand on entendit des coups de feu. Des milliers de spectateurs se jetèrent à plat ventre. [...] De Gaulle demeura impavide. Il ne se baissa pas, ne se mit pas à couvert et n'interrompit même pas sa progression majestueuse. [...] Ce fut un chef-d'œuvre de théâtre politique. »

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Ken Follett (1949-…)


Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Cardiff, Pays de Galles , le 05/06/1949

Ken Follett est un écrivain gallois spécialisé dans les romans d'espionnage et historiques.
Il fait des études de philosophie à l’University College de Londres dont il sort titulaire d'une licence en 1970. En septembre 1970, il entreprend les études de journaliste et obtient le diplôme après un cours accéléré de trois mois. Il commence à travailler en tant que reporter au "South Wales Echo" à Cardiff et ensuite travaillera pour l’ "Evening News" à Londres. N’étant pas arrivé à être un reporter d’investigation reconnu, Ken Follett se met à écrire des romans de fiction la nuit et pendant les week-ends ; en 1974, il quitte définitivement ses emplois de journaliste et rejoint les éditions "Everest Books".
Ses ouvrages littéraires, rédigés après ses heures de travail, l’ont amené à publier plusieurs livres se vendant relativement bien et ce, grâce aux conseils de son agent littéraire. Puis arrive enfin LE roman à succès "Eye of the Needle" (L'Arme à l'œil), par lequel Follett acquiert le statut d’auteur reconnu ; le livre publié en 1978 gagna le Prix Edgar et fut vendu à plus de 10 millions d’exemplaires. Il déménage ensuite à Grasse en France où il vit pendant trois ans avec sa famille. 
De retour en Angleterre en 1982, il s'installe à Surrey et travaille pour le Parti travailliste. Il rencontre la secrétaire du parti, Barbara Broer, qu’il épousera en 1985. Il est déjà père de deux enfants issus d'un premier mariage, de 1968 à 1985.
En 1989, il publie un roman historique, "Les Piliers de la Terre" (The Pillars of the Earth). Deux suites, intitulées "Un monde sans fin" (World Without End) et "Une colonne de feu" (A Column of Fire), sont parues en 2007 et 2017. "Les Piliers de la Terre" a été vendu à 15 millions d'exemplaires à travers le monde, ce qui en fait un best-seller. 
La technique narrative mise au point par Ken Follett est parfaitement contemporaine, elle s'apparente à l'écriture du cinéma et des séries télévisées. Les effets narratifs sont très visuels avec des descriptions détaillées, la psychologie des personnages est aisément mémorisable, et le découpage s'accélère progressivement jusqu'au dénouement final.
Ken Follett ne s’est pas cantonné à un genre ni à une époque, outre des romans d’espionnage comme "Le Réseau Corneille" et des fresques historiques, il a signé des thrillers très actuels.

Notre-Dame de Paris: anthologie de textes


Notre-Dame. Une anthologie de textes d'écrivains
Le patrimoine littéraire défend le patrimoine architectural
Paris, Points, 2019. 96 pages.



Notre-Dame ne cesse d’exercer son attraction magnétique sur les écrivains. Victor Hugo en fit le personnage central de son célèbre roman, Claudel raconta comment à son contact, dans la pénombre de cet immense vaisseau de pierres, se produisit l’expérience ineffable de Dieu qui «domine toute [sa] vie», Charles Péguy plaça la capitale sous le «commandement» de ses tours, plus récemment, Patrick Grainville se remémora «la grande Brocéliande de vitraux, de jambages et de piliers [qui] montait de [son] enfance». Et Sylvain Tesson, qui plus d’une fois escalada les parois du pachyderme s’inclina devant la «cathédrale du Christ» et «aussi temple du soleil». Tous les bénéfices de cette anthologie littéraire bienvenue contribueront à sa reconstruction.

Publication : Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles

jeudi 4 juillet 2019

La vocation d'Ignace de Loyola



Ignace de Loyola : l’appel du roi
Claire Astolfi
Paris, Salvator, 2019. 214 pages.


A partir de 11 ans. Comment Inigo Lopez de Loyola, gentilhomme d une illustre famille basque espagnole, est-il devenu Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus ? Tout commence par un boulet de canon qui le cloue au lit pendant des mois. Cette expérience le pousse à changer radicalement de vie. Chose plus facile à dire qu à faire… Inigo n’est-il pas avant tout amateur de chevalerie, soucieux de plaire et de séduire, fier, orgueilleux ? Un pèlerinage épique et intérieur l’entraîne alors en Espagne, en Italie, à Jérusalem, jusqu à Paris. Excessif, impétueux, radical, il ne craindra ni les tempêtes, ni la peste, ni les armées ennemies, ni ‘l’Inquisition. Dans ce XVIe siècle où les souverains européens soumettent le monde, Inigo, chevalier dans l’âme, se cherche un Roi exigeant et amoureux des hommes. Car immobilisé dans son lit à Loyola, il a entendu un appel… C est l appel du Roi. 
Claire Astolfi, diplômée d’histoire et de sciences politiques et membre de la communauté du Chemin Neuf, a publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse, dont Jean-Paul II, le roman de sa vie (Bayard, 2011).
^^^^^^^^^^^^^^^^
Comment Inigo Lopez de Loyola, gentilhomme d’une illustre famille basque espagnole, est-il devenu Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus ?
Tout commence par un boulet de canon qui le cloue au lit pendant des mois. Cette expérience le pousse à changer radicalement de vie. Chose plus facile à dire qu’à faire… Inigo n’est-il pas avant tout amateur de chevalerie, soucieux de plaire et de séduire, fier, orgueilleux ? Un pèlerinage épique et intérieur l’entraîne alors en Espagne, en Italie, à Jérusalem, jusqu’à Paris. Excessif, impétueux, radical, il ne craindra ni les tempêtes, ni la peste, ni les armées ennemies, ni l’Inquisition. Dans ce XVIe siècle où les souverains européens soumettent le monde, Inigo, chevalier dans l’âme, se cherche un Roi exigeant et amoureux des hommes. Car immobilisé dans son lit à Loyola, il a entendu un appel… C’est l’appel du Roi.

 ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

Saint Ignace de Loyola
Fondateur de la Compagnie de Jésus (« Jésuites »)

Saint Ignace naquit au château de Loyola, en Espagne. Il fut d’abord page du roi Ferdinand V ; puis il embrassa la carrière des armes. Il ne le céda en courage à personne, mais négligea complètement de vivre en chrétien, dirigé uniquement par l’orgueil et l’amour des plaisirs. De ce chevalier mondain, Dieu allait faire l’un des premiers chevaliers chrétiens de tous les âges.
Au siège de Pampelune, un boulet de canon brisa la jambe droite du jeune officier, qui en peu de jours fut réduit à l’extrémité et reçut les derniers sacrements. Il s’endormit ensuite et crut voir en songe saint Pierre, qui lui rendait la santé en touchant sa blessure. A son réveil, il se trouva hors de danger, quoique perclus de sa jambe.
Pour se distraire, il demanda des livres ; on lui apporta la Vie de Jésus-Christ et la Vie des Saints. Il les lut d’abord sans attention, puis avec une émotion profonde. Il se livra en lui un violent combat ; mais enfin la grâce l’emporta, et comme des hommes de cette valeur ne font rien à demi, il devint, dans sa résolution, un grand Saint dès ce même jour. Il commença à traiter son corps avec la plus grande rigueur ; il se levait toutes les nuits pour pleurer ses péchés. Une nuit, il se consacra à Jésus-Christ par l’entremise de la Sainte Vierge, refuge des pécheurs, et Lui jura une fidélité inviolable. Une autre nuit, Marie lui apparut environnée de lumière, tenant en Ses bras l’Enfant Jésus.
Peu après, Ignace fit une confession générale et se retira à Manrèze, pour s’y livrer à des austérités qui n’ont guère d’exemple que dans la vie des plus célèbres anachorètes : vivant d’aumônes, jeûnant au pain et à l’eau, portant le cilice, il demeurait tous les jours six ou sept heures à genoux en oraison. Le démon fit en vain des efforts étonnants pour le décourager. C’est dans cette solitude qu’il composa ses Exercices spirituels, l’un des livres les plus sublimes qui aient été écrits par la main des hommes.
Passons sous silence son pèlerinage en Terre Sainte et différents faits merveilleux de sa vie, pour rappeler celui qui en est de beaucoup le plus important, la fondation de la Compagnie de Jésus (1534), que l’on pourrait appeler la chevalerie du Christ et le boulevard de la chrétienté. Cette fondation est assurément l’une des plus grandes gloires de l’Église catholique ; sciences profanes et sciences sacrées, enseignement, apostolat, rien ne devait être étranger à la Compagnie d’Ignace.
Les vertus du fondateur égalaient ses grandes œuvres  ; elles avaient toutes pour inspiratrice cette devise digne de lui : Ad majorem Dei gloriam ! « A la plus grande gloire de Dieu ! »


Publication : Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles

mardi 2 juillet 2019

Jean-Louis Chrétien (1952-2019)


Jean-Louis Chrétien (1952-2019)




Jean-Louis Chrétien, homme de parole
Le philosophe Jean-Louis Chrétien est décédé vendredi 28 juin.
Dans un dialogue fécond avec les Écritures, mais aussi avec la littérature et la poésie, son œuvre cherchait à recueillir les résonances de l’expérience humaine.

Avec Jean-Louis Chrétien, mort à Paris vendredi 28 juin, c’est l’un des grands noms de la philosophie en France qui disparaît, alors qu’il venait de prendre sa retraite. Né le 24 juillet 1952 à Paris, converti au catholicisme dans sa jeunesse, il fit une carrière universitaire classique. Après l’École normale supérieure et l’agrégation de philosophie – à ces deux concours, il fut reçu premier –, il passa trois ans à la Fondation Thiers puis enseigna à l’université de Créteil. Enfin, il termina sa carrière comme professeur à la Sorbonne, chargé de l’enseignement de la philosophie de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.
Des générations d’étudiants gardent le souvenir de son enseignement, avec, accompagnant sa puissante vocation pédagogique et sa vaste érudition, une part non négligeable d’humour. En 2002, il recevait, de l’Académie française, le prix du cardinal Lustiger pour l’ensemble de son œuvre, riche d’environ 25 volumes.

La tradition du Dieu caché
C’est en 1985 qu’il publia son premier livre, Lueur du secret (L’Herne), dans lequel il étudiait la tradition du Dieu caché, et les rapports de la Révélation et du secret. Entre 1989 et 2001 parurent six livres de poèmes, puis Chrétien décida de clore cette partie de son œuvre, qui n’est cependant en rien une marge. D’une certaine manière, la rigueur de sa pensée s’y exprime pleinement. C’est ce que Merleau-Ponty nommait le cœur des choses et l’entrelacs de la chair et du monde, qui sont convoqués dans ces vers, comme l’analysa Jérôme Laurent, excluant les formes plaintives et narcissiques du lyrisme.

Le court essai intitulé L’Effroi du beau (Cerf, 1987) peut être lu comme une préface de l’œuvre à venir. Comme la poésie, l’art et la littérature resteront toujours des points d’approfondissement de la pensée phénoménologique de Jean-Louis Chrétien. En 1990, La Voix nuePhénoménologie de la promesse (Minuit), puis deux ans plus tard, chez le même éditeur, L’Appel et la Réponse posent l’axe de cette pensée au sein de laquelle la parole n’est pas un simple instrument.

Une méditation des Saintes Écritures
À ce propos, on se reportera à L’Arche de la parole et à Saint Augustin et les actes de parole (PUF, 1998 et 2002)« Toute voix humaine répond, toute inauguration est en souffrance et en passion sous une voix antérieure qu’elle n’entend qu’en lui répondant, qui la précède et qui l’excède. Elle ne parle qu’en écoutant, elle n’écoute qu’en répondant… », écrit Chrétien.
Réfutant une frontière étanche entre philosophie et théologie, il méditera les Saintes Écritures dans plusieurs ouvrages: « Nous ne parlons qu’appelés (…). Nous parlons pour avoir entendu, et ne cessant d’entendre, toute voix porte en elle plusieurs voix parce qu’il n’y a pas de première voix. » Le souci et l’exigence de la langue et jusqu’à la beauté du style de Jean-Louis Chrétien participent pleinement de son projet philosophique.
Souvent la réflexion du philosophe s’est concentrée sur un mot, une notionDe la fatigue (Minuit, 1996), La Joie spacieuse (id, 2007), ou il y a deux ans, comme un signe, Fragilité (id, 2017) (1). Il faut enfin citer les deux magnifiques volumes de Conscience et roman (id,2009 et 2011), dans lesquels l’analyse de la littérature ne contredit en rien les autres axes de ce qui est la pensée de Jean-Louis Chrétien.

Sources : Journal La Croix du 1er juillet 2019.


PRINCIPALES ŒUVRES A LA BIBLIOTHEQUE DIOCESAINE


CHRETIEN, Jean-Louis. – Le Regard de l’amour. – Paris, Desclée de Brouwer, 2000. 260,pages.

CHRETIEN, Jean-Louis. -L’intelligence du feu : réponses humaines à une parole de Jésus. – Paris, Bayard Editions, 2003. 202 pages.

CHREIEN, Jean-Louis. – La joie spacieuse : essai sur la dilation. – Paris, Les Editions de Minuit, 2007. 259 pages.

CHRETIEN, Jean-Louis. – Sous le regard de la Bible. – Paris, Bay-ard Editions, 2008. 133 pages.

CHRETIEN, Jean-Louis. – Pour reprendre et perdre haleine : dix brèves méditations. – Paris, Bayard Editions, 2009. 2010 pages.

CHRETIEN, Jean-Louis. – Répondre : figures de la réponse et de la responsabilité. – Paris, Presses universitaires de France, 2007. V-237 pages

CHRETIEN, Jean-Louis. – Saint Augustin et les actes de paroles. – Paris, Presses universitaires de France, 2002. 268 pages.

CHRETIEN, Jean-Louis. – Symbolique du corps : la tradition chrétienne du Cantique des Cantiques. – Paris, Presses universitaires de France, 2005. 310 pages.


Publication : Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles

lundi 1 juillet 2019

Horaires du mois de juillet à la bibliothèque diocésaine







Horaires du mois de juillet 2019



Du mardi au jeudi : 9h – 12h ; 14h -18h
Vendredi : 9h -12h ; 14h – 17h

La bibliothèque sera fermée du lundi 15 juillet au lundi 22 juillet inclus


A noter : pas de permanence le samedi matin pendant la période des vacances (juillet et août)


Publication : Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles