mercredi 20 août 2014

COMMENT VIVRE LA SOUFFRANCE


VERONIQUE DUFIEFLA SOUFFRANCE DESARMEEPARIS, SALVATOR, 2014


Pour sa septième édition, le Prix du livre de spiritualité a été remis à Véronique Dufief pour La Souffrance désarmée. Publié aux
éditions Salvator, l’ouvrage autobiographique retrace le combat physique et spirituel de Véronique, normalienne et professeur d’université âgée de 50 ans, atteinte de bipolarité.

Lle récit propose une véritable plongée dans l’âme et la vie intérieure de l’auteur qui, depuis 25 ans, lutte contre les troubles psychiques que lui inflige sa maladie. En proie à une grande souffrance, rythmée par de nombreuses hospitalisations, elle discerne toutefois une « Présence vivifiante » qui peu à peu va l’aider à « guérir », à « transcender sa maladie en s’abandonnant dans les mains de Dieu. »  Car, selon ses mots, « Guérir, ce n’est pas ne plus être malade, c’est être dans la Vie, être vivant jusqu’à l’incandescence de la fragilité ». 

La bipolarité est une maladie grave, une « maladie de l’excès ». Les bipolaires souffrent d’une très grande sensibilité, les faisant passer sans compromis de l’angoisse à l’euphorie. En France, on compte environ 600 000 bipolaires. Du fait des troubles psychiques dont ils sont victimes, leur taux de suicide est plus élevé que celui du reste de la population française.

En octobre dernier, dans l’émission l’Esprit des lettres, Véronique Dufief analysait les voies offertes aux patients bipolaires. Elle expliquait ainsi que la chimie a fait de très grands progrès par rapport à la situation des malades des siècles précédents. Mais les traitements nécessitent une grande régularité. Faire une analyse peut aussi parfois aider,  Finalement, concluait-elle, « le grand remède qui est accessible à tout le monde, c’est l’Évangile. » Pour elle, la Parole permet de donner un sens à la souffrance et à la vulnérabilité.

Dans le cas de l’auteur, la voie de l’apaisement et de la paix intérieure a été déclenchée par une rencontre, celle d’un moine de l’abbaye de Saint Wandrille. C’est comme une « orthopédie de l’âme » qui s’est opérée. À travers lui, elle a perçu « une humilité confondante et une paix. » Et depuis, la peur en elle est partie. « J’ai compris que je pouvais être dans la main de Dieu, même quand je dérape. » « Je peux être là », « être une petite fleur parmi les autres ».

Concluons du directeur de La Procure : « Si ce livre est si beau, si touchant, si juste, c’est qu’il permet au lecteur, même pour celui qui n’est directement ou indirectement pas concerné par la maladie, de s’autoriser lui aussi à accepter son propre et singulier chemin de croix et d’espérance qui donne à chaque vie humaine son poids et son prix. »
Enregistrer un commentaire