jeudi 15 janvier 2015

22-23 janvier 2015, colloque à Marseille : Conflits et réconciliation, des théologiens face à la guerre



Dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale, l’Institut catholique de la Méditerranée (ICM) s’est associé au Comité pontifical des sciences historiques pour organiser un événement public en deux temps.

Les archivistes des diocèses de Gap et d'Embrun et de Marseille sont y invités à une présentation du Guide des sources ecclésiastiques sur la Première Guerre mondiale dans le Sud-Est de la France, associées à un état des lieux des deux diocèses pendant le conflit.

Conflits et réconciliation

  • Jeudi 22 janvier 2015 de 17h45 à 20h à la Bibliothèque régionale de l'Alcazar en partenariat avec Marseille-Espérance, une soirée grand public sur « Conflits et Réconciliation ».
Joseph Yacoub, spécialiste des minorités chrétiennes, professeur honoraire à l’Université Catholique de Lyon : « Faire mémoire des massacres de 1915 ».
Les Assyro-Chaldéens ont été victimes d’un génocide sous l’empire ottoman en 1915-1918. Nous possédons sur cette tragédie une documentation abondante et des matériaux considérables, en plusieurs langues, émanant de sources différentes. Ce fut un génocide conforme aux prescriptions de la Convention de l’ONU du 9 décembre 1948.
Où cela s’est-il passé ? Que s’est-il passé ? Pourquoi cette folie meurtrière?
Comment faire mémoire de ce drame ?
Il s’agit d’abord d’en parler et d’en témoigner pour réparer l’oubli, apaiser des mémoires blessées, rétablir la vérité et l’introduire dans la conscience de l’humanité. C’est le premier pas sur la voie de la justice.


Claire Ly, philosophe, chargée de cours à l’ICM : « Mémoire blessée, mémoire partagée, identité apaisée ».

Les blessures de la mémoire causent des traumatismes profonds à l’histoire individuelle comme à l’histoire collective. Le travail de mémoire commence par le récit sincère du passé pour s’ouvrir vers la compréhension acceptable par le cœur et par la raison du traumatisme vécu. Ce travail permet une identité personnelle apaisée ouvert vers un « vivre ensemble » harmonieux.


Des théologiens face à la guerre

  • Vendredi 23 janvier 2015 au Centre diocésain Le Mistral, un colloque intitulé « Des théologiens face à la guerre ». Ce colloque a pour objectif de tracer les trajectoires de plusieurs acteurs religieux ayant vécu le conflit mondial en Europe ou autour du bassin méditerranéen.

Des théologiens acteurs du conflit

9h30-12h
Jean-Marc Ticchi , CÉSOR / EHESS : « Benoît XV, le Vatican et la Première guerre mondiale »
Jean-Marc Aveline, évêque-auxiliaire de Marseille : « Des théologiens chrétiens dans les tranchées »
Claire Reggio, ICM, Aix-Marseille Université : « Jules Isaac, la crise européenne et la Grande guerre »
Edouard Robberechts, Aix-Marseille Université : « L’expérience de la guerre comme fin de la pensée chez Franz Rosenzweig »


Des religieux de nos diocèses dans la Première guerre mondiale


14h-15h30

Natacha Tourseiller, archiviste du diocèse de Marseille et Luc-André Biarnais, archiviste du diocèse de Gap et d'Embrun : « Des archives pour aujourd’hui, regards croisés »

Jean Chagnaud, Service communication du diocèse de Marseille : « Le diocèse de Marseille pendant la guerre »

Des théologiens et des acteurs religieux aux périphéries du conflit

16h-18h
Joseph Yacoub, Université Catholique de Lyon : « Des acteurs religieux face aux massacres du Moyen-Orient »
Paul Fournier, retraité de l’IUFM de Nantes : « Notes sur Charles de Foucauld, mort au Sahara en 1916 »
Bernard Ardura, Comité pontifical des sciences historiques : « Des religieux charitables : l'abbé Fouque et la Première guerre mondiale »


Enregistrer un commentaire