vendredi 18 juillet 2014

La lumière pour Sainte-Lucie de Risoul

Première esquisse du projet, sur papier
Nous sommes en présence de deux maquettes pour un vitrail qui sera finalement posé en 1955 dans l’église paroissiale de Risoul. Le vitrail est un assemblage de verre par un réseau de plomb. Il a une fonction de clôture et d’éclairage, le vitrail distribue la lumière en la transformant, en la transfigurant par la couleur et la forme du verre. C’est aussi une écriture sainte peinte de mains d’homme pour reprendre les termes de l’encyclopédie Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain. Le vitrail est donc une catéchèse, un enseignement religieux.

Ce vitrail est commandé par le curé de l’époque, l’abbé Victorin Jouvenne. Né à Guillestre en 1918, il est ordonné le 21 décembre 1946. Après avoir assumé les fonctions de vicaire dans d’autres paroisses, il est curé pour la première fois en 1949 à Risoul et à Vars. Après une longue carrière de service paroissial, il mourra en 2004 à Guillestre. Il est donc le curé d’une paroisse dont le patron est saint Nicolas, bien connu et fêté le 6 décembre. Sainte Luce est la titulaire de l’église. En fait, cette Luce est sainte Lucie, puisque le véritable saint Luce est un homme ! Sainte Lucie est réputée vierge et martyre à Syracuse au IVe siècle. C’est donc une sainte sicilienne qui est désormais fêtée le 13 décembre. 
Les échanges de courriers entre l’abbé Jouvenne et les créateurs du vitrail, les religieuses de la Fraternité de Jésus, nous permettent de bien comprendre le projet. Curieusement, selon petite sœur Mary de Jésus, celui-ci est inspiré d’une représentation de sainte Marie-Madeleine se trouvant dans la crypte de Saint-Maximin, dans le Var. Pour la fenêtre de droite dans l’église, la religieuse propose « des verres simples, sans peinture ; qui adoucira la lumière sans enlever la clarté nécessaire pour l’autel ». Et la sœur ajoute : « il ne coûterait pas beaucoup ». L’une des questions majeures est là ! Le prix total est de 75 000 francs de 1954, dont un tiers doit être versé à la commande, « pour commencer le travail » !
Enregistrer un commentaire