samedi 18 mars 2017

La théologie de Louis Bouyer



La théologie de Louis Boyer : du Mystère à la sagesse
Textes réunis par Bertrand Lesoihng, Marie-Hélène Grintchenko et Patrick Prétot
Paris, Parole et Silence, 2016. 284 pages.


Quel est le legs de Louis Bouyer (1913-2004) à l’intelligence de la Révélation ? 
En quoi son œuvre , trop longtemps laissée dans l’ombre et occultée par l’âpreté de certaines polémiques, apporte-t-elle aux grandes questions théologiques de notre temps un éclairage profondément original, et dans le même temps enraciné dans la Tradition ?

C’est pour répondre à ces questions que le Collège des Bernardins et l’Institut catholique de Paris ont rassemblé la plupart de celles et ceux, laïcs et clercs, qui sont conscients de l’apport d’un des grands noms de la théologie française du XXe siècle : Jean-Luc Marion, de l’Académie française, Mgr Robert Le Gall, archevêque de Toulouse, Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois, Dom Jean-Charles Nault, abbé de Saint-Wandrille, Marguerite Léna, Jean Duchesne, les PP. Jean-Robert Armogathe, Jean-Miguel Garrigues, o.p., Jacques Servais, s.j., Grégory Woimbée. 
Leurs contributions ici réunies s’appuient sur la lecture des grandes œuvres d’un corpus immense. Elles ne visent pas à en donner un résumé ou une synthèse, mais à en dégager les lignes directrices et les articulations, à fournir certaines clés. Ces pages guideront le lecteur dans la découverte et l’exploration des grandes intuitions de celui que le cardinal Jean-Marie Lustiger, qui fut son étudiant, n’hésitait pas à présenter comme « le moins conformiste des théologiens et parmi les plus traditionnels » !

Note de l’éditeur


Louis Bouyer (1913-2014)

« Pasteur luthérien (1936) devenu catholique (1939) et prêtre de l'Oratoire (1944), Louis Bouyer (1914-2004) est professeur à l'Institut Catholique de Paris jusqu'à sa démission en 1962 suite à une mésentente avec J. Daniélou.

« Grand théologien reconnu par ses pairs (de Lubac, Congar, Ratzinger, Balthasar…), écrivain polyvalent, grand érudit, il a publié une cinquantaine de livres concernant: l'Écriture, la patristique, la liturgie, les trois états de vie (monastique, sacerdotal, baptismal), l'Eucharistie, la Mère de Dieu… Thomas More, Erasme, Philippe de Neri, Newman, Dom Lambert Beauduin, les femmes d'Église… et quatre romans parus sous divers pseudonymes. Enseignant régulièrement aux États-Unis depuis 1952 et jusque dans les années nonante, il a rédigé plusieurs de ses œuvres en anglais. Dans deux de ses ouvrages il marque sa distance vis-à-vis de l'Église de France: La Décomposition du catholicisme (1968); Religieux et clercs contre Dieu (1975).

« Ostracisé à partir des années soixante, il n'a pas participé au Concile, aucun évêque n'osant l'y emmener. Il pourfend la pseudo-liturgie et le faux œcuménisme, l'action catholique spécialisée, l'eschatologie de Teilhard. Il regrette que le judéo-christianisme n'existe plus qu'à l'état de traces: le judaïsme toujours vivant est important pour la liturgie, la spiritualité, la théologie et la vie chrétienne. Son œuvre est aujourd'hui un peu datée, mais ses intuitions gardent leur pertinence. Parmi les sujets manquant à sa grande fresque relevons: le mariage et la famille, le travail et le politique, la musique, le cinéma ».

Nouvelle Revue Théologique (2014)

Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles

Enregistrer un commentaire