vendredi 24 mars 2017

La vraie gloire est ici de François Cheng

La vraie gloire est ici
François Cheng
Paris, Gallimard, 2015. 160 pages


Présentation du livre.

Un recueil de poésies de François Cheng dont il suffit de goûter le style et l’agencement des pensées que l’auteur nous offre.  Il suffirait presque se contenter de rester là en silence le livre à la main… sans rien faire d’autre et se laisser aller au gré de la musique des mots et des images qui nous viennent à l’esprit.

Il y a dans chaque livre de François Cheng un souffle de vie qui prend à la gorge. Sans doute parce que celui-ci provient d'une voix sans autre exemple. D'une voix qui éperonne la pensée, avec une acuité foudroyante et douce. D'un chant qui a depuis longtemps puisé sa force dans l'élan intérieur. D'une sagesse orientale qui transmue le fugace en élixir d'éternité. D'une écriture tremblée qui s'enracine à même la rosée. D'un exil qui dépayse jusqu'à la nostalgie.

Avec ce titre, qui a tout d'un énoncé manifeste, le subtil penseur du vide médian ose de déroutants alliages : l'âpre et la joie, le silence et la lucidité, la mort et les nuages, les oiseaux et les larmes, l'émoi et les étoiles... C'est qu'à force d'avoir mordu la poussière d'ici-bas, les mots n'en finissent plus de renaître. Des âmes errantes ou du phénix, on ne sait qui mène la danse. Mais il suffit de la splendeur d'un soir pour que l'univers entier résonne en nous soudain. Il suffit de la sincérité d'un seul cœur brisé pour que la fulgurante beauté nous délivre de la fragilité humaine :

« Car tout est à revoir,
Tous les rires tous les pleurs
Toute la gloire... »

Ce nouveau livre de François Cheng est tout à la fois celui d'un philosophe, d'un poète, d'un sage alerté qui ne craint rien, pas même d'affirmer que "La vraie gloire est ici"



Biographie de l'auteur
François Cheng est né en 1929 en Chine. Enseignant et traducteur de la poésie française en chinois, il a publié parallèlement plus d'une trentaine d'écrits en français - romans, poèmes, méditations, essais - dont Le Dit de Tianyi, L'éternité n'est pas de trop (Albin Michel) et A l'orient de tout (Poésie/Gallimard) et tout récemment De l’âme

Source : note de l’éditeur

Publication : Claude Tricoire - 
Enregistrer un commentaire