lundi 9 novembre 2015

RENE GIRARD (1923-2015)





RENE GIRARD VIENT DE NOUS QUITTER A 91 ANS


Celui qui a inventé la « Théorie du mimétisme », « du bouc émissaire » et dont les écrits ont marqué le XXè siècle vient de nous quitter. Autodidacte et profondément croyant, il n’aura laissé personne indifférent, même si sa pensée fut tardivement connue en France les écrits de ce penseur autodidacte, inclassable et croyant, ont profondément marqué son époque.

Courte biographie
Né le 25 décembre 1923 à Avignon, d’un père anticlérical (conservateur de la bibliothèque et du musée) et d’une mère catholique, René Girard ne fut pas un élève modèle durant son enfance. Il entre à l'Ecole des Chartes en 1943. Différent de ses contemporains normaliens, moins diplômés que ses condisciples, les philosophes et hommes de science (dont Michel Serres et Jean-Pierre Dupuy), il se disait « venu de nulle part ». S'il a été élu à l'Académie française en 2005, c'est aux Etats-Unis que ce penseur spécialiste de littérature et d'anthropologie religieuse, a mené toute sa carrière, depuis son premier poste, comme assistant en français en 1947. En 1957, il rejoint l'université Johns-Hopkins, à Baltimore ; c’est là, qu’en 1966, a lieu un colloque avec Jacques Derrida, Roland Barthes et Jacques Lacan : ce colloque marquera une étape importante dans ce que l’on appelle outre-atlantique la French Theory.

Son oeuvre et sa pensée

Les titres de ses livres parlent d’eux-mêmes pour résumer sa pensée : Je vois Satan tomber comme l'éclair ; Des choses cachées depuis la fondation du monde ; Achever Clausewitz, Sanglantes origines ; La Route antique des hommes pervers ;La Violence et le Sacré.

Pour René Girard l'homme, être de désir, désire toujours ce que désire autrui
C’est loin d’un aéropage de penseurs qu’il a construit sa théorie du désir mimétique à partir de la matière littéraire. Publié en 1961, son premier livre, Mensonge romantique et vérité romanesque, essai de littérature comparée devenu depuis un classique des études littéraires, montre les liens qui existent entre Dostoïevski, Proust, Cervantès, Stendhal et Flaubert. C’est dans cet ouvrage qu’il dévoile sa théorie : l'homme désire toujours ce que désire autrui. Les individus ne font qu'imiter le désir les uns des autres. Ce « désir mimétique » fait que le modèle que l’on veut imiter se transforme en rival et de ce mimétisme nait le conflit qui aboutit à l’hostilité, à la violence, à la guerre.

« Ces instruments d'analyse ne sont pas des idées philosophiques ; ce ne sont pas non plus des concepts sociologiques ou anthropologiques reconnus. Ce sont des rapports humains très simples et c'est moi qui les ai repérés et isolés pour la première fois », écrivait-il dans l'introduction à De la violence à la divinité (éditions Grasset).
En rassemblant en 2007 ses premiers livres dans ce volume, René Girard soulignait la dynamique de sa pensée, allant des romans modernes (Mensonge romantique et vérité romanesque, donc) aux religions archaïques (La Violence et le Sacré, 1972) et à la Bible et au christianisme, enfin (Des choses cachées depuis la fin du monde, 1978). Dans Le Bouc Emissaire (1982), il dévoile comment le sacrifice du bouc émissaire permet de résoudre la violence sociale en la ritualisant — et d'apaiser ainsi les foules. 
Mais la force des Evangiles, par rapport aux mythes, est, selon lui, de révéler l'innocence de la victime sacrificielle. L'originalité du christianisme - qui a intégré la notion de bouc émissaire - se résume ainsi pour René Girard : en se présentant comme l'Agneau immolé qui meurt pour prendre sur lui les péchés du monde, Jésus vient mettre fin à ce cycle. Pour René Girard la Bible fait une lecture originale des mythes archaïques car la Révélation dévoile la vérité sur le fonctionnement humain et - surtout -  sur Dieu lui-même qui nous introduit par grâce dans sa communion et nous rachète du péché.

Pour aboutir à cette vérité... « Ce n’est pas parce je suis chrétien que je pense comme je le fais ; c’est parce que mes recherches m’ont amené à penser ce que je pense, que je suis devenu chrétien ».
La vie de ce penseur – méconnu  et controversé en France – est celle d'un homme converti par son enseignement.


En conclusion 

René Girard a développé toute au long de son oeuvre deux idées qu'il n'a eu de cesse d'approfondir et il s'apprêtait à ouvrir un nouveau chantier :
1) le désir mimétique
2) la théorie du bouc émissaire : toute société a besoin d'un bouc émissaire dans un but de purification. Il a intégré cette thématique dans la religion chrétienne : Jésus présenté comme l'Agneau expiant nos péchés en mourant sur la Croix
3) Penser l'apocalypse. En 2007 Girard inaugurait une nouvelle étape dans sa pensée Achever Clausewitz pensait qu'avec l'accélération de l'histoire, les violences dans le monde, l'humanité vivait un temps d'apocalypse. Pour lui il était temps de choisir entre une apocalypse destructrice ou d'oeuvrer pour l'avènement du Royaume


OEUVRES DE RENE GIRARD DANS LES BIBLIOTHEQUES D'AIX-EN-PROVENCE, FREJUS-TOULON, GAP ET MARSEILLE.

GIRARD, René. – Achever Clausewitz : entretiens avec Benoît Chantre. – Paris,
Carnets du Nord, 2007. (Aix-en-Provence, Fréjus-Toulon)
GIRARD, René. - Le bouc émissaire. - Paris, Editions Grasset, 1982. (Aix-en-Provence, Marseille et Gap)
GIRARD, René. – Celui par qui le scandale arrive. – Paris, Desclée de Brouwer, 2001. (Aix-en-Provence, Marseille)
GIRARD, René ; VATTIMO, Gianni. – Christianisme et modernité :  entretiens menées par Pierpaolo Antonello. – Paris, Flammarion, 2009. (Fréjus-Toulon)
GIRARD, René. – La conversion de l’art : textes rassemblés par Benoît Chantre et Trevor Cribben Merril. – Paris, Flammarion, 2010. (Fréjus-Toulon)
GIRARD, René.  Des choses cachées depuis la fondation du monde. – Paris, Grasset, 1978. (Aix-en-Provence, Fréjus-Toulon, Gap et Marseille)
GIRARD, René. – Je vois Satan tomber comme l’éclair. – Paris, Grasset, 1999. (Aix-en-Provence, Fréjus-Toulon)
GIRARD, René. - Mensonge romantique et vérité romanesque. - Paris, Hachette/Littérature, 1999 (Aix-en-Provence).
GIRARD, René. -Les origines de la culture : entretiens avec Pierpaolo Antonello et Joao Czar de Castro Rocha. – Paris, Desclée de Brouwer, 2005. (Aix-en-Provence, Marseille).-Provence, Marseille)
GIRARD, René. - Quand ces choses commenceront. - 1996 (Marseille).
GIRARD, René. -La route antique des hommes pervers. - 2001 (Marseille).
GIRARD, René. – Le sacrifice. – Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003. (Aix-en-Provence, Fréjus-Toulon)
GIRARD, René. – Shakespeare : les feux de l’envie. – Paris, Grasset, 1990. (Aix-en-Provence, Fréjus-Toulon)
GIRARD, René. - Le tragique et la pitié : discours de réception de René Girrd à l'Académie française et réponse de Michel Serres. - 2007 (Fréjus-Toulon, Marseille).
GIRARD, René. – La violence et le sacré. – Paris, Hachette, 1982 (Bibliothèque diocésaine d'Aix)
GIRARD, René. – La violence et le sacré. – Paris, Grasset, 1977 (bibliothèque diocésaine d'Aix-en-Provence et de Gap. L'édition de 1974 est à la bibliothèque de Marseille).
GIRARD, René. – Le sacrifice. – Paris, Bibliothèque nationale de France, 2003. (Aix-en-Provence)
GIRARD, René. - Sanglantes origines : entretiens avec Walter Burkert, Rosaldo et Jonathan Z. Smith. – Paris, Flammarion, 2011. (Fréjus-Toulon).


POUR ALLER PLUS LOIN SUR L'OEUVRE DE RENE GIRARD
BARBARI, Maria Stella (dir.). - La spirale mimétique : dix-huit leçons sur René Girard. 2001. (Marseille).
CHIRPAZ, François. - Enjeux de la violence. 1980 (Marseille)
DEGUY, Michel (éd.) ; DUPUY, Jean-Pierre (éd.). - René Girard et le problème du mal .- Paris, Grasset, 1982. (Aix-en-Provence).
JEFFREY, Denis. - Rompre avec la vengeance : lecture de René Girard. - Laval (Canada), Presses de l'Université de Laval, 2000. (Aix-en-Provence) 
SCHWAGER, Raymond. - Avons-nous besoin d'un bouc émissaire ? : violence et rédemption dans la Bible. – Paris, Flammarion/Association Recherches mimétiques, 2011. (Fréjus-Toulon, Marseille).



Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles


Enregistrer un commentaire