mercredi 15 février 2017

Tarik Bengarai, Comprendre la finance islamique : principes, pratiques et éthique, Paris : éd. Les 4 Sources, 2016, 157 p., 8 €.

L'intérêt de ce livre réside dans le souci de l'auteur de moraliser le domaine si délicat de la finance dans le contexte actuel. L'exergue cite le Coran s'adressant à ceux qui souhaitent "observer la Thora, l'Évangile ou les révélations du Seigneur" (Sourate 5,66). L'auteur mentionne les dérives et scandales financiers à propos de Madoff et Kerviel (p.15). Il veut nous faire "comprendre la Finance Islamique" pour son apport d'éthique financière. Ingénieur diplômé (Paris-Sorbonne,..), Tarik Bengarai est auteur de livres sur la jurisprudence islamique, et chercheur en droit musulman et en finance. Il se fonde sur les principes du Coran: "L'argent en Islam est à Dieu (comme dépôt chez l'homme qui est Son vicaire) et non pas à l'individu ni à l'État" (p.54). Un grand principe du Coran est notamment l'interdiction de l'usure, du prêt à intérêt (comme dans la Bible: Ez 18,8; Ps 15,5; Dt 23,20;...). Faisant l'historique de la Finance islamique, Tarik Bengarai note comment "la finance islamique frappe enfin à la porte de la France" (p.27). Il précise alors les problèmes du marché interbancaire, des exigences islamiques des contrats de vente, de l'alternative au prêt immobilier, du partenariat actif... Par rapport à l'assurance commerciale classique, Tarik Bengarai fait valoir l'assurance solidaire islamique (p.122).
S'adressant aux chercheurs, praticiens de la finance et aux responsables politiques, doté d'un utile glossaire et d'une bibliographie, le livre est préfacé par
le Shaykh Abderrahmane Belmadi, professeur de théologie et de droit musulman à l'Institut de formation des imams à la Grande Mosquée de Paris. Tarik Bengarai conclut sur "l'avenir de la finance islamique (qui) dépend de sa capacité à concurrencer voire à superformer la finance classique, et de son aptitude à conquérir de nouveaux marchés".
Une telle étude suscite l'émulation interreligieuse pour prendre en compte sa proposition et la mettre en relation avec l'enseignement social de l'Eglise en matière financière comme dans l'encyclique de Benoît XVI Caritas in veritate et les travaux de chercheurs ou économistes de perspectives chrétiennes comme avec le jésuite Gaël Giraud. 

P. Pierre Fournier,
responsable de la formation permanente du diocèse de Gap et d'Embrun
Enregistrer un commentaire