jeudi 15 septembre 2016

Mère Teresa vue par les pauvres de Calcutta

Mère Teresa inconnue
Sudeb RoyChowdhury
Paris, Le Cerf, 2016. 259 p.

Vingt ans après la mort de mère Teresa, ce récit, pour la première fois traduit en français, est plus qu’une biographie. L’auteur, Sudeb Roy Chowdhury, partage ici avec ferveur la joie immense qu’il a eu d’aller à sa rencontre, de travailler avec elle de participer à l’essor des Missionnaires de la charité. De ce long compagnonnage est né ce carnet intime qui retranscrit le franc-parler, la volonté, les convictions, la spiritualité de celle qui fut la sœur  des pauvres. Ce texte fait toucher de près l’une des saintes les plus populaires du XXè siècle.

Ce livre, c'est celui de Mère Teresa comme il n'a jamais été donné de la voir et de l'entendre. Ce livre, c'est Mère Teresa racontée par tous les sans-voix à qui elle a donné sa vie. Ce livre, c'est le choeur des prières, supplications et louanges qu'a recueillies dans le silence, sur place et sur trente ans, Sudeb Roy Chowdhury à qui Mère Teresa avait dit : « Je ne veux pas d'une biographie de mon vivant. Même Jésus n'en a pas eu ! » Ce livre, c'est le mémorial arraché à l'ignorance et à l'oubli des pauvres de l'Inde tels qu'ils ont connu leur soeur, leur mère, leur sainte. Un livre, à l'heure de la canonisation, pour apprendre ou réapprendre que la charité vécue est une fournaise ardente.

Cette biographie inédite est signée d’un journaliste du quotidien bengali Ananda Bazar Patrika qui a suivi Mère Teresa sur place pendant trente ans, et rencontré de nombreux témoins ayant travaillé avec elle. Sudeb Roy Chowdhury (décédé en 2007) évoque la misère à laquelle se confrontait humblement Mère Teresa, sans autre moyen qu’un amour attentif et patient. Il raconte son quotidien dans les centres qu’elle avait fondés successivement pour accueillir des agonisants sans toit, des bébés abandonnés, des enfants handicapés, des lépreux marginalisés…

« Ce livre, c’est Mère Teresa racontée par tous les sans-voix à qui elle a donné sa vie », écrit l’éditeur. C’est son testament « arraché à l’ignorance et à l’oubli des plus pauvres de l’Inde tels qu’ils ont connu leur sœur, leur mère, leur sainte ». Ce sont aussi les prières, supplications et louanges recueillies par Sudeb Roy Chowdhury. Lui à qui Mère Teresa avait dit un jour: « Je ne veux pas d’une biographie de mon vivant. Même Jésus n’en a pas eu! »


Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles






Enregistrer un commentaire