lundi 9 mars 2015

La conversion chez les Pères de l'Eglise


La conversion chez les Pères de l'Eglise

Daniel Vigne et collab., éd. Parole et Silence, 2014, 278 p., 2014


 Daniel Vigne énonce bien le projet de ce livre: "A l'heure où l'Eglise insiste sur l'urgence d'une nouvelle évangélisation, il est utile de se souvenir des temps où l'Evangile a commencé son chemin parmi les hommes" (p.5). Selon la méthode déjà mise en oeuvre pour le livre "Lire le Notre Père avec les Pères de l'Eglise" (2009), le présenta ouvrage est le fruit d'une collaboration inter-universitaire entre Instituts catholiques (Paris, Toulouse, Lyon, Naples,...SourcesChrétiennes,..) et institutions laïques (Paris-Sorbonne, Universités de Tours, Toulouse, Grenoble, Strasbourg,..).  Avec D. Vigne, de l'Institut Catholique de Toulouse, quatorze autres chercheurs présentent les facettes de la conversion entre le II° et le VII°. De manière fondamentale,  "le converti est un aveugle illuminé" analyse Agnès de Baynast en ouverture. Comme Justin de Rome et les autres. Les Apologistes grecs donnent des récits de conversion et les Apologistes syriaques montrent la dimension cosmique de la conversion. Avec Origène, c'est le devenir chrétien "dans une période en mutation" . Hilaire de Poitiers a connu tout un itinéraire spirituel. La conversion et la pénitence sont reconnues comme les "portes du progrès spirituel", selon le Pseudo-Macaire. Ambroise de Milan déploie toute une pédagogie de la foi. Les Pères Cappadociens (Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze) ont leur propre  apport. Augustin donne des conseils pour accueillir un nouveau converti. Saint Jérôme a connu une conversion lente, mais radicale, pour gouter la puissance de la Parole de Dieu. Cyrille d'Alexandrie offre la cas d'une conversion théologique, tandis que Maxime le Confesseur reconnaît à la conversion deux dimensions: le retournement initial (épistrophê), puis la nécessaire transformation permanente (métanoia)Au final, Françoise Vinel,de la Faculté de théologie de Strasbourg, aborde la question des "conversions collectives" et la "conversion des peuples"  depuis l'époque de Pentecôte (Actes des Apôtres: la conversion de l'Arménie, du peuple anglais,...sous l'influence d' "acteurs éminents, rois , évêques, papes" (p. 265). 
       Toutes ces contributions manifestent, pour aujourd'hui comme pour hier, l'importance à la fois de la quête personnelle persévérante, le travail de la grâce et ses émergences. Les Pères de l'Eglise sont ainsi "nos frères aînés et, spirituellement, nos contemporains" (p. 6). En même temps, nous découvrons "ce qu'il y a de radicalement nouveau dans chaque conversion" (p. 266). Chacun peut faire le point sur son propre cheminement de conversion. Le lecteur de ce livre approfondi, mais accessible et varié, appréciera ses approches plurielles. Il pourra comparer avec les ouvrages sur les données récentes ou actuelles de la conversion à la foi chrétienne, notamment, Jean-Marie Gaudeul "Appelés par le Christ, ils viennent de l'islam" (cerf, 1991, 346 p.), ou, de Mgr Claude Dagens, la "Lettre aux catholiques de France. Proposer la foi dans la société actuelle" (Cerf, 1996, 129 p.) et, bien sûr, l'Exhortation du pape François "La joie de l'Evangile" (2013).
                                                                 Père Pierre Fournier
Enregistrer un commentaire