jeudi 10 septembre 2015

Fonds photographique de l’Institut catholique de Paris : Un catalogue de vente témoin d’une richesse artistique et documentaire

Afin de financer son plan de développement Campus 2018, l’Institut catholique de Paris a mis en vente une partie de son fonds photographique en novembre 2013. Le catalogue montre l’ampleur artistique, documentaire, sociologique de ce fonds dont 180 lots étaient présentés.
Ce catalogue a permis la publication d’une étude scientifique sur les objets et collections proposés à la vente. Il est aussi l’occasion d’exploits techniques, comme aux pages 46-47 pour les photographies d’Edouard Baldus (1813-1889) présentant un panorama de Périgueux et pour celles d’Auguste et Louis Bisson (p 31) présentant l’Île de la cité et le Pont neuf de Paris vers 1855. Sur ce dernier panorama, comme à la page précédente où Gustave Le Gray vers 1856 présente un travail semblable, la présence de Notre-Dame de Paris s’impose à la vue. Il en est de même pour la cathédrale Saint-Front de Périgueux pour les travaux d’Edouard Baldus, et à Albi (lot n° 62, p 68) lors de la construction du pont en 1865.

Ces photographies sont aussi des reportages. « Le voyage en Italie » (p 86-114) est un passage obligé dans les arts français depuis la Renaissance : monuments religieux, palais, Venise, Pompéi… et bien entendu Rome sont parmi les grandes étapes. Elles sont complétées par des photographies supposées ethnographiques de « types ».
Cette mise à disposition de la photographie naissante auprès de l’ethnologie a accompagné le développement des empires coloniaux et des relations commerciales à la fin du XIXe siècle. C’est ainsi que « les types caucasiens et turkmènes » (lot n° 149, p 152-153), « les habitants de Suriname à Amsterdam » (lot n° 161, p 172) répondent à cette problématique. Figer l’image, réaliser un cliché folklorique à la limite de la sociologie naissante, tel est le propos du lot n° 135 (p 136) avec des représentations d’habitants de régions françaises.
Les photographies de « types » sont nombreuses dans les collections européennes et françaises, notamment publiques. Quatre publications en témoignent :
-          Pierre Fournié et Laurent Gervereau, Regards sur le monde : trésors photographiques du Quai d’Orsay (1860-1914), Paris : Somogy et AFFA, 2000, 187 p.
-          Pierre Fournié et Sophie de Sivry (dirs.), Aventuriers du Monde : les grands explorateurs français au temps des premiers photographes (1866-1914), Paris : L’Iconoclaste, 2003, 306 p.
-          Jean-François Mongibeaux, Explorations : grands explorateurs, voyages scientifiques (1860-1930), Paris : Editions place des Victoires, 2010, 599 p.
-          Pascal Blanchard (dir.), La France noire : trois siècles de présences des Afriques, des Caraïbes, de l’Océan indien et d’Océanie, Paris : La Découverte, 2011, 359 p.
Le suaire de Turin fait l’objet d’un chapitre particulier (p 173-184) avec le travail photographique de Giuseppe Enrie en 1931. Enfin, les Alpes suisses et des Savoie sont très largement représentées dans un chapitre intitulé « La photographie de Montagne, Alpes et Pyrénées ».
Luc-André Biarnais, archiviste du diocèse de Gap et d’Embrun
Enregistrer un commentaire