mardi 28 juillet 2015

La terre en Palestine / Israël


LA TERRE EN PALESTINE / ISRAEL

Patrice SABATER, éd. Domuni-press et Presses universitaires Institut catholique de Toulouse,  2015, 354 p., 22 €.



Passionné de dialogue interreligieux et d'analyse des évolutions socio-politiques, Patrice Sabater, prêtre lazariste établi au Liban, donne cette solide réflexion sur "une vérité à deux visages" (sous-titre de l'ouvrage) concernant la question si aiguë de "la terre en Palestine et Israël". Le Père Sabater réfléchit avec beaucoup de sympathie, voire d'empathie, pour les deux populations, palestinienne et israélienne, en leurs réalités socio-politiques respectives, tout en manifestant une profonde attention aux données du judaïsme, du christianisme, et de l'islam, telles qu'elles sont vécues sur cette "terre" si spécifique. Il aimerait néanmoins que l'apport des chrétiens dans le débat soit mieux reconnu sur le plan de l'analyse des situations et des propositions suggérées. 


L'auteur aborde le problème de "la terre" en cinq phases. D'abord les fondements scripturaires, en revisitant l'Histoire, "du mythe à la réalité", d'Abraham à la royauté davidique, ainsi qu'avec Jésus la terre ouverte au Royaume de Dieu. D'utiles précisions sont apportées sur le vocabulaire, la "terre sainte", en fait la "terre que Dieu a promis de donner", ce qui élargit vers la promesse divine et vers l'avenir. Cette notion de "terre biblique en héritage" est ainsi appréhendée selon l'approche critique contemporaine. Puis un regard sur "un bassin  méditerranéen désenchanté" du fait de la pluralité des modèles culturels en lutte. Ensuite, la présentation de la "dramaturgie" liée au fait qu'une terre unique est soumise à la vérité de deux peuples marqués par le sionisme et par la demande arabe: deux peuples qui font valoir leur identité respective irréductible. Vient alors l'exigence de passer de la "terre rêvée" à la "terre appropriée". Et, enfin, la géopolitique " qui fait de cette terre le conflit matriciel du chaos qui déferle sur cette région"(A.Sfeir): la terre telle qu'elle est perçue dans le judaïsme et la communauté juive, et dans l'islam et la communauté musulmane. A juste titre, à travers la notion de "mythe", de "rêve", et de notions voisines, Patrice Sabater insiste beaucoup sur les enjeux de l'imaginaire de chaque peuple : au-delà de la raison, l'importance de l'émotionnel et du caractère charnel du rapport à la terre. Cette épaisseur de l'imaginaire rend opaques les chemins des débats, des négociations et des dialogues souhaitables. 

Dans sa préface, Antoine Sfeir, spécialiste du Moyen-Orient, qualifie le travail de Patrice Sabater de "remarquable par son universalité". De son côté, le jésuite Samir Khalil Samir, de l'Université St-Joseph de Beyrouth, félicite l'auteur d'avoir utilisé quelque 187 titres (livres, articles,..) pour l'objectivité de sa recherche. Il utilise, entre autres, les écrits de Jean-Christophe Attias et Esther Benbassa "Israël, la Terre et le Sacré", de Mgr Elias Chacour, sur les familles palestiniennes dépouillées de leurs terres, ainsi que la courageuse étude d'Alain Marchadour, exégète, et du jésuite, d'origine juive, David Neuhaus: "La Terre, la Bible, l'Histoire. Vers le pays que je te ferai voir" (éd. Bayard, 2006). Dans sa conclusion, bien développée, le Père Sabater revient sur les enjeux de l'imaginaire des deux populations ("Des mythes et des hommes au coeur d'un conflit") ainsi que sur les "éléments imbriqués et les conditions d'exaspération". Il pointe les choix à porter en permanence: "Rester, partir, ou chercher à vivre ensemble?" Pour vivre ensemble, Patrice Sabater évoque des façons de surmonter le rêve du "grand Israël" et le rêve d'une "grand nation Arabe unie".  Il estime que la figure d'Abraham peut être mobilisatrice et fédératrice comme "chemin de réconciliation". Concrètement, affronter les problèmes de la terre requiert de mener la "bataille des droits universels et transversaux". Bref, la Paix sera accessible "au risque du respect ", un respect mutuel entre populations de cette "terre" diversifiée. Ce livre se présente ainsi comme un excellent outil d'étude sur la complexité du conflit israélo-palestinien. S'il est militant, il l'est non pas pour une population contre l'autre, mais militant en faveur d'une action de justice à mener les uns avec les autres.

                                   Père Pierre Fournier, Service de Formation, diocèse de Gap.

Vous pouvez aussi consulter le blog du Père Patrice Sabater : http://www.chretiensdorient.com/
Enregistrer un commentaire