jeudi 23 juin 2016

L'APOCALYPSE : L'ARME DES FANATIQUES





Revue l’Histoire
Mensuel, numéro 422, avril 2016.
Les fanatiques de l'apocalypse



Le fanatiques de l’Apocalypse : ce que dit la Bible. Luther, ke pape et l’Antéchrist. Le djihad de la fin des temps.


Ce numéro de l’Histoire tente d’expliquer pourquoi des textes écrits depuis plus de 2000 ans à nourrir tans de fantasmes encore aujourd’hui. Le monde d’aujourd’hui semble se confronter aux mêmes angoisses, aux mêmes peurs qu’à l’époque à laquelle ils furent rédigés et nourrissent également les mêmes fureurs guerrières..
Le livre de Daniel et l'Apocalypse de Jean sont cependant marginaux dans le canon biblique mais ils furent rédigés (dans le monde juif comme dans le monde chrétien) à des moments particuliers de grande tension avec le sentiment que la fin du monde était tout proche. Dans le monde juif les Israélites étaient en exil à Babylone, les chrétiens étaient persécutés par les autorités romaines.
Ils ont été rédigés, entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle ap. J.-C., dans le but de r redonner espoir aux croyants confrontés à des temps de troubles qui semblaient les derniers. Beaucoup plus tard, on les redécouvre dans des moments où la chrétienté est en proie à des épreuves qui la désoriente et cherche une réponse  pour combattre les maux qui l’accablent  Ils furent utilisés comme armes de combat notamment en Europe pendant les guerres de religion entre catholiques et protestants
Aujourd’hui ils sont repris par leurs fondamentalistes américains, par les djihadistes  comme arme devant une menace de la fin des temps. Mais les uns comme les autres utilisent cette notion pour mobiliser l’opinion et leurs combattants à des fins politiques plus que religieuses  

Cependant il faut noter que l’Apocalypse fut écrit non comme une prédiction pour la fin du monde  mais comme une révélation qui devaient servir de consolation dans les évènements qui se profilaient à l’horizon. Les combats qui avaient lieu avant le retour du Christ signifiaient la victoire du bien sur le mal : la venue du Christ signifiait la défaite définitive de Satan.  Mais de ces textes consolateurs les hommes n’en ont retenu que l’aspect guerrier. Il faut dire que les images employées où se déploient toute une série de combats, de catastrophes par leurs auteurs ont fortement inspirés l’imaginaire des hommes de tout temps.
Si l’imprimerie a contribué à véhiculer ces images, aujourd’hui ce sont les œuvres cinématographiques, les jeux vidéos qui se sont emparés  de ces textes,  qui amplifient la violence des images. C’est ainsi que se propagent la notion simplifiée de la lutte contre le mal. Aux images viennent s’ajouter tout un symbolisme des chiffres : les sept sceaux, les quatre cavaliers, les mille ans de répit et surtout le chiffre 666 (signe de la Bête).

Ce dossier tend à démystifier ces textes pour les replacer dans leur contexte historique, pour en donner la signification et redonner raison quand des textes sacrés sont utilisés et manipulés par des politiques fanatiques et bien souvent sans scrupules.


Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles





Enregistrer un commentaire