jeudi 9 juin 2016

Parrainage et parenté spirituelle dans la société occidentale à l'époque moderne et contemporaine

Guido Alfani, Vincent Gourdon, Isabelle Robin (dir.), Le parrainage en Europe et en Amérique : pratiques de longue durée (XVIe-XXIe siècle), coll. Histoire des mondes modernes, Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2015, 487 p., 60 €.


Il s'agit du troisième livre publié par le réseau Patrinus, réseau européen d'histoire sociale et culturelle du baptême et du parrainage animé par Guido Alfani, professeur à l'Université Bocconi (Milan, Italie) et Vincent Gourdon, directeur de recherches en histoire au CNRS, qui dirigent cet ouvrage avec Isabelle Robin, maître de conférence à l'Université Paris-Sorbonne. Le premier, paru en 2009, s'intitule Baptiser : pratique sacramentelle, pratique sociale, XVIe-XXe siècle. Le second est Spiritual kinship in Europe, 1500-1900, publié en 2012.
Le parrainage en Europe et en Amérique est le fruit de deux rencontres scientifiques : la session "Godparenthood strategies : a long-term perspective (15th-20th centuries)", qui s'est tenue en avril 2012 à Glasgow, et le colloque éponyme de ce livre, qui a eu lieu en décembre 2012 à l'Université Paris-Sorbonne. L'objectif de ces manifestations était de "cerner les principales transformations des pratiques de parrainage dans la longue, voire la très longue durée" (p. 10), dans ce qu'elles ont de révélateur par leur aspect anthropologique, pour l'histoire de la famille et de la société, mais aussi du point de vue de la démographie et de l'histoire économique.

Les interventions réunies ici mettent en lumière "l'émergence et le renforcement progressif, jusqu'à devenir largement prédominant, des choix de parrains et marraines appartenant à la parenté des baptisés" (p. 10). Jusqu'au concile de Trente, les modes de parrainage sont variés : parrainages ternaires, multiples, par des couples, monoparrainages... À partir de la fin du XVIe siècle, le parrainage par un couple parrain/marraine est établi. Cela limite les options par rapport au parrainage multiple. Les parrainages par des personnes d'un rang social supérieur sont alors privilégiés. Ils sont à nouveau majoritairement intrafamiliaux à partir du XVIIIe siècle, d'abord au sein des élites, puis dans les paroisses urbaines et rurales.
La répartition géographique, qui distingue Europe du sud, Europe du nord et Amériques, permet d'étudier les différences entre les pratiques catholiques, protestantes et orthodoxes.
La question du choix du parrain et de la parenté spirituelle qui se tisse avec le baptisé reste d'actualité : le parrainage n'est pas obsolète, même dans une société qui se sécularise. La dernière contribution, "Le baptême républicain, un baptême catholique comme un autre ? Une histoire des pratiques baptismales séculières en France depuis la Révolution française", montre comment le baptême républicain, institué après la Révolution française et de plus en plus répandu depuis les années 1980, utilise comme référence les pratiques baptismales de l'Église catholique.
Cet ouvrage est aussi disponible sous forme numérique sur le site de l'éditeur.

Hélène Biarnais
Médiathèque du diocèse de Gap et d'Embrun

Enregistrer un commentaire