mercredi 15 juin 2016

SAINT AUGUSTIN : LES CONFESSIONS - DIALOGUES PHILOSOPHIQUES

Saint AugustinŒuvres ILes Confessions - Dialogues philosophiquesTraduit  du latin parJean-Yves Boriaud, Patrice Cambronne, Jean-Louis Dumas, .
Édition publiée sous la direction de Lucien Jerphanion Paris, Gallimard, Collection Bibliothèque de la Pléiade, 1998. 1520 pages 


Le volume contient :
Dialogues philosophiques : Contre les académiciens - La Vie heureuse - L'Ordre - Les Soliloques - L'Immortalité de l'âme - La Dimension de l'âme - Le Maître - Le Libre Arbitre - La Musique - Le Mensonge. Les Confessions.
Il offre des traductions nouvelles de ses premiers écrits et permet de lire la totalité des Dialogues philosophiques, dont beaucoup étaient jusqu'alors difficiles d'accès, voire introuvables.

Les Dialogues sont des textes fondateurs de la philosophie chrétienne, qui font dialoguer la foi et la raison; où la première, loin de reléguer la seconde à l'arrière-plan, lui confère des lettres de noblesse dans la pensée. Ainsi l’esprit se nourrit de la philosophie pour mieux comprendre la foi : la philosophie éclaire la foi grâce à l’action de l’Esprit Saint.
Les premiers «dialogues» furent écrits entre 386 et 391 au moment où il cesse d’être professeur de rhétorique pour se consacrer à la philosophie.

Quant aux Confessions, œuvre majeure écrite entre 387 et 40, est  une œuvre autobiographique.  Elles inaugurent un genre nouveau dans la littérature chrétienne et qui perdure encore aujourd’hui. Il s'agit du récit d’une vie toute entière, d’une quête de Dieu. Il y avoue ses fautes, ses péchés mais y proclame aussi la gloire de Dieu : L'œuvre est composée de treize livres. « Les treize livres de mes Confessions louent le Dieu juste et bon de mes maux et de mes biens, ils élèvent vers Dieu l'intelligence et le cœur de l'Homme. » C'est un ouvrage fondamental tant  par la profondeur de l’analyse de l’âme humaine que par la qualité du style.  

Résumé des Confessions, l'ouvrage le plus connu de saint Augustin
Dans les livres I à IX, Augustin raconte de façon chronologique sa vie de sa naissance à la mort de sa mère.
Les livres I à VIII racontent les premières années de sa vie, sa jeunesse et ses égarements puis  sa longue quête de Dieu jusqu’à sa conversion. Le livre IX livre ses sentiments à la mort de sa mère. Quant aux livres X à XIII, ils contiennent une méditation sur la quête de Dieu, une célébration de Dieu et de sa création.

Comme pour tous les livres publiés dans la bibliothèque de La Pléiade, ce premier tome des oeuvres de saint-Augustin est le résultat du travail de toute une équipe d'un travail. Dans cette présentation de l’œuvre d’Augustin, les notes qui accompagnent le texte  permettent au lecteur de se familiariser avec la pensée de l’auteur des Confessions  et de la Cité de Dieu qui sont les plus connus de son immense oeuvre.

Saint Augustin en quelques dates

- 354 : naissance à Tagaste dans la province romaine de Numidie (aujourd’hui Souk-Arhas en Algérie), d’une mère chrétienne et d’un père païen.
Il reçoit une éducation chrétienne mais une fois à Carthage où il est envoyé pour étudier à l’âge de 16 ans il abandonne la religion. Il s’intéresse alors à l’étude et surtout à la rhétorique. Vers l’âge de 20 ans vit avec une concubine dont il a un fils. –

- 375 : il enseigne la rhétorique et l’éloquence à Carthage et part pour Rome avec sa famille. Faute de trouver l’emploi qu’il espérait il s’installe à Milan où il rencontre l’évêque saint Ambroise. Cette rencontre est décisive : s’il renvoie sa concubine et son fils pour marquer un début d’une nouvelle vie mais  il prend pourtant une nouvelle femme tout en cheminant vers sa conversion.
Au terme d’une longue lutte intérieure il se convertit soudainement et se retire dans un monastère.

- 387 : Il est baptisé par l’évêque de Milan saint Ambroise  

- 388 : De retour en Afrique du Nord, il devient le défenseur de l’orthodoxie chrétienne et écrit des lettres et des sermons écrivant contre les hérétiques de son temps ainsi que de nombreux traités de philosophie et de métaphysique.

- 395 : Augustin est consacré évêque d’Hippone  (Annaba en Algérie), où il passera le reste de sa vie. Il installe dans sa propre maison une petite communauté fraternelle dont il fixe les règles qui serviront d’exemple à beaucoup de règles monastiques par la suite.

- 24 août 410 : Le Sac de Rome par les Goths est l’occasion pour Augustin d’ expliquer la signification du christianisme dans l’histoire et celle de l’histoire pour le christianisme « afin de justifier les voies de la Providence, en ce qui concerne la destruction de la grandeur romaine » (ce sera son grand œuvre :  « La Cité de Dieu »).


28 août 430 - Il meurt à l’âge de 76 ans à Hippone alors assiégée par les Barbares. 

Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles

Enregistrer un commentaire