samedi 30 janvier 2016

Six années qui ont changé le monde : 1985-1991, la chute de l'Empire soviétique.
Hélène Carrère D'Encausse, éd. Fayard, 2015, 418 p., 22 €.

Académicienne et historienne de la Russie bien connue, Hélène Carrère d'Encausse a réalisé ici une étude très documentée et passionnante sur ces "six années qui ont changé le monde: 1985-1991". L'inimaginable chute de l'Empire soviétique, qualifiée de "changement paisible", est due à l'initiative de quelques-uns, remettant en cause l'idéologie communiste et le système totalitaire. Parmi eux, Mikhaïl Gorbatchev, puis Boris Eltsine. En trois étapes, l'auteur analyse d'abord "la révolution Gorbatchev": son style nouveau, la fin du mensonge, et l'effort du démantèlement du système soviétique. Puis,  en maints endroits du monde, "le triomphe du droit des peuples": la révolte de certaines nations, la fin de l'Empire "extérieur", le dernier Congrès du Parti,..Enfin, "la mort de l'URSS" en 1991, avec l'ascension de B. Eltsine et la création de la Communauté des Etats indépendants (CEI), vers une nouvelle Russie (1992-1994).
Parmi ces profonds changements après la chute de l'URSS, celui de la relation de l'Etat à la religion et aux responsables religieux. Evénement significatif, la rencontre historique de Gorbatchev avec le pape Jean-Paul II en décembre 1989: Gorbatchev venait de rétablir la liberté religieuse en Russie et dans les Etats satellites visite officielle. L'auteur laisse entrevoir la force, retrouvée ou réaffirmée, de la foi chrétienne russe. Un renouveau s'opère dans la foi orthodoxe: des églises semi-détruites ou à l'abandon retrouvent  leur activité et leur vitalité, des édifices religieux abîmés par le régime anticlérical (monastères,..) sont restaurés,.. Le 10 juillet 1991, à son intronisation, B. Eltsine inaugure un nouveau système politique. "Les discours se réfèrent aux saints patrons de la Russie... Le patriarche de toutes les Russies, Alexis II, s'exprime au nom de toutes les religions présentes en Russie. Les cloches des églises de Moscou sonnent à toute volée.." (p.228). Eltsine, sous les caméras, participe aux fêtes religieuses orthodoxes, donnant ainsi l'image d'un responsable politique se mêlant à la foule, selon une image populaire, au coeur de l'expression de l'âme russe profonde. Dans l'épilogue, l'auteur note qu'en 1993, la Russie venant au bord de la guerre civile, Alexis II tente une médiation entre Eltsine et Routskoï (p.309). Si 1997 est l'année du renouveau russe, c'est qu'Eltsine s'engage fermement face aux problèmes cruciaux de l'économique selon des objectifs  précis. Or, "Eltsine avoua avoir été bouleversé par l'homélie de Noël du patriarche" (p.351). De fait, Alexis II avait dénoncé certaines pratiques comme péché, dont le non-paiement des salaires,..Avant la cérémonie de ses adieux volontaires, le 31 décembre 1999, Eltsine est allé s'entretenir avec Alexis II (p. 374). Poutine prendra le relais. Dans sa conclusion, H. Carrère d'Encausse remarque que Gorbatchev et Eltsine, grands réformateurs, sont "souvent encore méconnus ou mal aimés" et "le temps est nécessaire pour comprendre une révolution d'une telle ampleur" (p.379).
A la fin, une abondante bibliographie est indiquée. De plus, un index de nombreux noms, sur huit pages, donne à ce livre d'être un précieux outil de recherche sur les acteurs et les interlocuteurs de ces "six années qui ont radicalement changé le monde": sur leur personnalité, leur parcours et leur œuvre politique ou sociale.
                                                                       P. Pierre Fournier,
responsable de la Formation permanente pour le diocèse de Gap et d'Embrun
Enregistrer un commentaire