vendredi 5 février 2016

Le ralliement de Léon XIII


Le ralliement de Léon XIII
victoire ou défaite de l'Eglise catholique ?
Roberto De Mattei
Paris, Le Cerf, 2016. 400 pages




Rome, le 20 février 1892. Un siècle après la décapitation de Louis XVI, et vingt après la proclamation de la République (janvier 1871) en France le pape Léon XIII publie une encyclique où il exhorte les prêtres de France à rallier la République : Inter Sollicitudines (Au milieu des Sollicitutes) ; cette encyclique fait suite au « toast d’Alger »  du cardinal Lavigerie (novembre 1890). Cette encyclique invite fortement les catholiques français à un régime auquel ils sont majoritairement hostiles. La défiance de l’Église envers la démocratie vient-elle de tourner à l’adhésion sans retour? Ce tournant diplomatique du Saint- Siège, retenu sous le nom de « ralliement », marque-t-il une révolution du catholicisme?

Dans un ouvrage très documenté  qui s’appuie sur les Archives secrètes du Vatican, l’auteur remet en question l’interprétation communément reçue. Etsi le ralliement n’avait été qu’une mesure d’apaisement en vue de mettre fin à l’hostilité du gouvernement hostile à l’Eglise ? Et s’il n’avait eu d’autre but, en rétablissant le dialogue avec les États européens, que de réaffirmer la primauté de la Papauté au moment où le pape se considérait comme « prisonnier » au Vatican depuis l’unité italienne (1871) ?L’auteur s’interroge sur les conséquences : cet acte de circonstance allait-il devenir une doctrine définitive légitimant les régimes démocratiques en sacrifiant l’idéal monarchique ? La crise moderniste qui éclatera quelque temps plus tard n’en est-elle pas la conséquence ? À l’heure où l’Église à Rome et la République à Paris s’interrogent toutes deux sur leurs relations mais aussi chacune sur elle-même, cette étude décapante est appelée à faire débat dans la mesure où cette attitude conciliante n’empêcha nullement quelques années plus tard la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Vatican (1904) et les lois de séparation de l’Eglie et de l’Etat (décembre 1905)
L’auteur en concluant ne manque pas de souligner l’attitude conciliante de Léon XIII et l’intransigeance de son successeur le Pape Pie X.


L'auteur

Historien, professeur à l’université européenne de Rome, Roberto de Mattei a été le vice-président du CNR, l’équivalent italien du CNRS. Il est l’auteur de plusieurs livres traduits en différentes langues.


Publication : Claude Tricoire - Bibliothèque diocésaine d'Aix et Arles
Enregistrer un commentaire